Tout ce qu’il faut savoir sur le Zigbee ! (ou presque)

Le Zigbee est un protocole de communication sans fil pour les appareils connectés, principalement utilisé en domotique pour rendre nos maisons intelligentes.

Il existe déjà le Wifi et le Bluetooth, alors pourquoi en ajouter un supplémentaire ? 

Si ce nom vous n’évoquait que la célèbre chanson de Céline Dion. (« Zigbee » un garçon pas comme les autres). Il est temps de lire cet article et vous saurez tout, tout, tout sur le « Zigbee » (Feat. Pierre Perret) ! 

Le Zigbee, c’est open source.

L’avantage de ce type de technologie ouverte est que de nombreux programmeurs et utilisateurs améliorent sans cesse son fonctionnement. C’est très évolutif, c’est aussi souvent moins cher à produire puisque les fabricants n’ont pas de droits ou de “certifications” à payer. Ces économies se retrouvent sur le prix du produit final.

Le Zigbee fonctionne en réseau maillé :

Contrairement aux objets connectés en Wifi qui nécessitent de se connecter individuellement à votre box ou routeur internet. Ou aux objets connectés en Bluetooth qui doivent être à portée d’une passerelle pour fonctionner, le Zigbee communique en maillage. C’est-à-dire que chaque appareil en protocole Zigbee peut relayer le signal d’un autre appareil à sa portée. C’est intéressant, surtout si vous installez de nombreux appareils Zigbee, ils vont ainsi étendre le réseau, sans avoir à placer régulièrement des répéteurs ou des passerelles. Sans ce maillage, la portée n’est pas énorme. Durant mes tests, elle est proche de celle du wifi (10m) et bien moins bonne que les dernières générations du Bluetooth (30m).

Le Zigbee consomme peu d’électricité :

Le Wifi est gourmand, le Bluetooth beaucoup moins et le Zigbee est un vrai ascète. Pour les 3, on parle de très petites consommations. Mais lorsque nos appareils connectés fonctionnent sur batteries, ces petites différences sont d’une grande importance. Pour caricaturer la consommation, on dit qu’un appareil wifi a une autonomie d’une semaine, en bluetooth d’un mois et en Zigbee d’un an. Cette grande autonomie le rend donc aussi plus économique. 

Le Zigbee c’est rikiki :

Le module Zigbee est vraiment très petit par rapport à ses collègues. Il est donc facile à intégrer à des objets et laisse de la place pour la batterie par exemple.

Les limites du Zigbee

Ce protocole n’est évidemment pas parfait, sinon, il aurait du Zigbee partout 😉 

  • Pas de Zigbee directement sur smartphone, donc l’utilisation d’une console centrale ou d’une passerelle pour contrôler ses appareils reste obligatoire (pour l’instant)
  • L’installation des appareils est proche des autres technologies et demande de consacrer un peu de temps, de demander de l’aide à un ami ou consulter des tutos.
  • Wifi, Bluetooth et Zigbee sont tous les 3 transmis par des ondes dans un groupe de fréquences identiques : le 2,4Ghz … malheureusement très utilisé et parfois saturé.
  • Le débit est très faible avec 250 Kbit/s seulement ! Donc ça reste limité à des appareils simples (ampoules, interrupteur, capteur simple, poignée de porte, etc…). Le Bluetooth avec ses 1 à 3 Mbit/s restera le maître de la transmission audio et le Wifi celui de la vidéo avec ses 450 à 1300 Mbit/s.

Malgré cela, le Zigbee reste une super alternative adaptée aux petits appareils pas gourmands en électricité et en bande passante. C’est une technologie compatible avec les autres modes de communication moyennant une passerelle. Par exemple via l’application mobile domotique ELESION, il est possible de gérer simultanément et de combiner des automatisations entre les appareils Wifi, Bluetooth et Zigbee.

Autres astuce domotique : Comment mettre les images de ses caméras connectées sur un PC ?

Partagez cet article avec vos contacts !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton de retour en haute de page sur techblog.