Une lampe qui permet aux dyslexiques de lire sans problèmes

Lu en 4 min environ

La dyslexie est un trouble qui concerne plus de 700 millions de personnes dans le monde. La start-up française Lexilife s’apprête à commercialiser la première lampe qui aide les personnes dyslexiques à lire sans difficultés. Un projet ambitieux qui s’est fait remarquer lors du plus gros salon mondial de la technologie grand public.

La Lexilight est une lampe à LED qui aide les personnes dyslexiques à lire sans difficultés.

Un trouble lié à l’anatomie des yeux ?

Albert Le Floch et Guy Ropars sont chercheurs à l’université de Rennes 1. En 2017, les deux physiciens avancent une hypothèse sur l’origine de la dyslexie. Selon eux ce trouble serait lié à une particularité anatomique. Ils analysent les yeux de 60 étudiants dont 30 dyslexiques.

L’être humain possèdent un seul œil directeur qui domine la vision binoculaire. L’autre œil envoie une image miroir au cerveau, qui efface cette image car elle est plus faible. Albert Le Floch et Guy Ropars ont étudié la tâche de Maxwell. C’est une zone de la fovéa qui est habituellement ronde dans l’œil directeur et de forme irrégulière dans l’œil secondaire. Ils remarquent que toutes les personnes dyslexiques possèdent deux tâches de Maxwell identiques dans chaque œil.

Schema de l'oeil directeur dans le cas d'une personne dyslexique.

L’image « d » apparaît clairement du côté de l’œil directeur chez les personnes non dyslexiques, alors que l’affichage est confus pour les dyslexiques.

On peut observer une symétrie d’un œil à l’autre. De ce fait, le cerveau recevrait deux informations en même temps et n’arriverait pas à sélectionner l’image dominante. Cette symétrie trop parfaite entre les deux yeux pourrait expliquer les difficultés à décoder certaines lettres, par exemple « d » et « b » ou « q » et « p ».

Un système qui permet de tromper le cerveau

Jean-Baptiste Fontes est le dirigeant de Lexilife. Cet entrepreneur spécialisé dans les luminaires à LED s’est intéressé au travail des deux chercheurs bretons. En 2018, il part à leur rencontre pour lancer le projet Lexilight, une lampe qui pourrait apporter un confort de lecture aux personnes dyslexiques.

Comment fonctionne cette lampe miracle ?

La Lexilight est une lampe à LED qui envoie des ondes de lumières par pulsation. Cet effet stroboscopique permet d’atténuer l’image miroir créée par l’œil secondaire. Chaque utilisateur peut adapter l’appareil à sa vue, la lampe est équipée de deux molettes pour ajuster la pulsation et la modulation de l’onde lumineuse. Elle peut également être utilisée comme une lampe de bureau classique, avec un bouton pour activer ou désactivé le mode Lexilight.

La lampe Lexilight pour les personnes dyslexiques.
La version finale de la Lexilight.

Lexilife affiche fièrement un fort taux de satisfaction. D’après la start-up, plus de 300 personnes ont testé la Lexilight et 90% d’entre elles ont approuvé son effet bénéfique.

Une innovation made in France

Vous pouvez obtenir votre Lexilight pour 549 € sur le site internet de Lexilife. Un prix qui semble justifié par la qualité de ce produit innovant et unique au monde. L’assemblage de la Lexlight se déroule dans L’atelier du courrier à Rennes, un établissement qui compte 90% des salariés en situation de handicap. Le modèle est garanti 10 ans et la livraison est offerte sur tout le territoire français. Pour l’instant, la volonté de Lexilife est de rendre l’appareil accessible à une majorité de personnes en France.

La Lexilight au CES 2020

La start-up française Lexilife était présente au CES 2020 de Las Vegas, le salon mondial de l’innovation technologique qui s’est déroulé du 7 au 10 janvier. Cette nouvelle édition du CES rassemble peu d’entreprises françaises par rapport aux années précédentes. Cela n’a pas empêcher le salon de récompenser plusieurs innovations françaises. Malheureusement, pas de prix pour la Lexilight, mais une très bonne occasion de médiatiser le projet au-delà des frontières européennes.

Laissez un commentaire

Bouton de retour en haute de page sur techblog.