Je teste un mini potager sur 50 jours !

J’avais vu chez des amis, ce type d’appareil un peu curieux qui ressemble à un pot de fleur surmonté d’une lampe led pour y faire pousser des plantes aromatiques. Ma curiosité était trop forte. Alors, lorsqu’un mini-potager est arrivé dans les rayons des magasins Pearl, je me suis empressé de le tester !

Le lien vers le site Pearl et le mini potager

Mon aventure en images :

Le mini potager : par où commencer ?

A vrai dire, je n’y connais pas grand-chose en matière de jardinage, mais l’idée de produire mes propres herbes fraiches me plaisait assez pour tenter l’aventure. Avant de commencer, j’avais surtout beaucoup de questions.

Faut-il prendre des plantes adultes ou des graines ? Combien de temps cela va me prendre par jour ? Est-ce que la lampe consomme beaucoup ? Et la plus grande question, est-ce que tout simplement les plantes vont pousser ?

J’ai tenté de trouver des informations ou des tutos sur internet, mais à part des sites de vente qui n’expliquent rien … je n’ai pas trouvé grand-chose. Il y a bien des informations techniques sur l’appareil dans la notice, mais rien sur « comment faire pousser des plantes ? ». Donc, pour ne pas faire comme les autres boutiques et en complément à la notice, je vais tester le mini-potager Carlo Milano et vous faire part de mon expérience.

Mon mini potager après 50 jours

Le mini-potager Carlo Milano : le montage

Le mini potager tient dans une boite à peine plus grande que celle pour une paire de chaussure. A l’intérieur, il y a un bac, 2 pots étranges, une lampe pliable et une alimentation électrique … c’est tout. Bref, le montage va vous prendre 30 secondes. On comprend assez rapidement que les 2 pots vont tremper dans le bac rempli d’eau avec une lumière au-dessus. Mais, il y a un grand mystère concernant les pots qui ne ressemblent pas à des pots classiques.

La boite
Le bac avec les pots
Le branchement
La lampe de croissance
Ouverture du pot pour découvrir le mystère …

Le secret des pots du mini potager : la vermiculite

Sur le dessus du pot, il y a une sorte de grille que l’on peut retirer. Il y a ensuite une épaisseur de mousse qui recouvre de petits granulés. Je me suis bien creusé la tête pour comprendre à quoi servait cette belle épaisseur de mousse ?! Faut-il faire des trous pour glisser une plante ? Ou alors les graines vont-elles passer à travers ? Ma conclusion est que cette mousse ne sert à rien (sauf à retenir la vermiculite).

La vermiculite

Vous connaissez peut-être déjà la vermiculite comme isolant pour les bâtiments. Mais c’est aussi un substrat que l’on peut utiliser en jardinage pour alléger et nourrir la terre. Bien souvent, on la mélange à de la terre, mais ici dans cette culture « hors sol » on l’utilisera sans rien d’autre. La vermiculite est une sorte de minéral expansé. Elle a plusieurs propriétés, elle se gorge d’eau jusqu’à 50%, son Ph est neutre, elle est très légère, mais surtout elle est riche en minéraux utiles pour la germination et la croissance des plantes. On y retrouve en autres, du potassium et du magnésium.

Attention, j’ai aussi repéré que certaines vermiculites pouvaient contenir de l’amiante. Ce n’est évidemment pas le cas dans nos pots de jardinage. Mais si vous souhaitez les recharger pour faire de nouvelles plantations prenez garde à choisir un bon produit.

La mise en place et la plantation

Pour bien préciser les choses, ce sont des graines qu’il faut mettre dans ce mini potager. Mettre un plant adulte serait impossible, avec toutes la terre et les longues racines.

Cet appareil s’appelle un « mini potager », mais le nom est trompeur puisque c’est destiné principalement aux plantes aromatiques. On oublie donc les tomates, les concombres, haricots et courgettes.

On peut planter toutes sortes de plantes aromatiques : basilic, romarin, ciboulette, sauge, thym, persil…

(Moi, j’ai mis des graines de thym, persil, basilic, cresson …et tomate ^^)

Mes graines

Personnellement, j’ai mélangé les graines et je les ai répartis dans les deux pots. Ce n’est pas une excellente idée. Tout d’abord puisque j’ai planté au moins deux fois trop de graines. J’avais peur qu’aucune ne germe … alors qu’elles ont certainement toutes germé ! Le mélange fait qu’aujourd’hui je ne sais pas « qui est quoi ». C’est une vraie forêt vierge. A refaire, je glisserai les graines dans le pot au-dessus des petits trous, en les classant par types. Si possible avec les grandes au milieu pour avoir une composition plus équilibrée.

Mon mélange et mon semis généreux 🙂

On remplit ensuite le bac d’eau jusqu’à la limite max. On allume jour et nuit la lumière sur le deuxième mode (croissance accélérée avec des leds rouges).

De l’eau
Niveau max pour l’eau
Premier mode : éclairage du jour
Second mode : croissance accélérée

Dans un mini potager, ça pousse vite !

Avec la lampe de croissance allumée 24/7, les graines ont de la lumière, mais aussi un peu de chaleur ! La température est vraiment essentielle pour que vos graines germent vite. La lumière c’est surtout utile lorsque les premières feuilles arrivent.

La championne de la vitesse des graines, c’est le Cresson ! En 4 jours à peine, on voit déjà ses petites feuilles à la surface. C’est une plante inratable que je conseille vraiment aux nuls du jardinage. Le cresson est une herbe qui se mange avec une salade. Elle est très forte en goût, j’adore.

4 jours
5 jours
7 jours
8 jours
14 jours

Les autres graines ont mis environ 1 mois à sortir.

1 mois (30 jours)

Bilan des 50 premiers jours avec un mini potager

Sur 50 jours, les graines ont toutes germés et certaines plantes comme le persil ont une tige de plus de 6 cm. Vu le nombre de plants, je vais certainement devoir en supprimer quelques-uns pour laisser les autres grandir correctement. Pour l’instant, à part le cresson que j’ai grignoté, ce n’est pas l’heure de la récolte 😉

Pour l’arrosage, durant les 50 jours, je ne pense pas avoir ajouté plus d’1L d’eau. Je trouve que c’est très peu. Mais je ne me fais pas d’illusion, lorsque les plantes grandiront, elles auront certainement beaucoup plus soif. Pour l’arrosage, je n’utilise pas les petits trous du bac. Je soulève simplement un pot pour y verser de l’eau, sans dépasser le niveau max. C’est impressionnant de voir les racines qui trempent dans l’eau lorsque l’on soulève les pots.

Pour l’éclairage, je pensais utiliser une prise connectée Luminéa afin de programmer des heures d’allumage et d’extinction. Mais malheureusement, il faut rappuyer sur le bouton de la lampe pour la rallumer. Par contre, ma prise permet aussi de suivre la consommation. Bilan, la lampe consomme très peu. Allumée 24/7 en croissance accélérée la lampe consomme 0,03 kw/jour.

Article évolutif … oui, les plantes poussent encore 😀

N’hésitez pas à poser des questions en commentaires, j’essayerais d’y répondre

Le mini potager de nuit 😉

La vidéo de présentation complète :

Pour compléter cet article vous pouvez jeter un œil à :

Comment aménager son jardi ou son balcon

Comment installer un système d’arrosage automatique

Partagez cet article avec vos contacts !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton de retour en haute de page sur techblog.